ana-m3ak-une-campagne-inedite-de-prevention-contre-le-suicide-chez-les-jeunes-au-maroc

#ana_m3ak une campagne inédite de prévention contre le suicide chez les jeunes au Maroc

Dans le cadre de la Journée internationale de prévention du suicide célébrée le 05 février, l’association « Sourire de Reda » a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation musclée et intelligente conçue par l’agence Mosaik Communication. Un programme baptisé « Ana_m3ak » qui vise avant tout à soutenir cette population en détresse et lui tendre la main avant qu’il ne soit trop tard.

L’hashtag « #Ana_M3ak » qui accompagne les dessins est fédérateur. Le but ? Créer un réseau, mobiliser à travers une campagne dans laquelle chacun peut se retrouver. « Cet hashtag a une portée très optimiste, nous n'avons jamais de communication morbide ou triste, on souhaite rester résolument positifs », poursuit la directrice de communication. « C'est un message qu'on martèle depuis toujours, nous sommes là pour eux, avec eux. »

Un sujet tabou au Maroc

Considéré longtemps comme une thématique sensible, le suicide est de plus en plus abordé et la parole se libère.

D'après une étude du ministère de la Santé en collaboration avec l’hôpital Ibn Rochd, 16% de la population marocaine aurait déclaré avoir des tendances suicidaires.

Plus inquiétant encore, la catégorie des enfants de 8 à 11 ans n'est pas épargnée, avec 70% d'appels à l'aide provenant des filles. Dans celle des adolescents de 15 à 21 ans, 80% sont également des filles. "Il n'y pas réellement de motifs qui expliqueraient pourquoi les filles sont plus nombreuses que les garçons. On ne les répertorie pas car les envies suicidaires n'apparaissent pas soudainement. C'est souvent une succession d'événements, de drames, d'antécédents familiaux qui poussent à l'acte", affirme la directrice de l'association.

Le suicide étant un sujet tabou au Maroc, nous manquons considérablement de structures d’écoute et d’accueil pour les jeunes en détresse.

Afin de briser ce mur de silence entre l'adulte et le jeune, Sourire de Réda effectue fréquemment des interventions dans des établissements scolaires pour sensibiliser à un fléau qui gagne du terrain, aussi l’association avait mis en place le site www.stopsilence.org (1er espace dech@técoute anonyme, confidentiel et gratuit au Maroc), à travers cette plateforme elle répond à des situations de mal-être ou de détresse que peuvent vivre les jeunes à un moment difficile de leur vie. « Des écoutants bénévoles sont là, les lundis, mardis, mercredis et jeudis, de 18h30 à 21h, disponibles pour les adolescents qui ont besoin de se confier, qu'ils soient ou non en crise suicidaire, l’an dernier l’association a traités 371 échanges avec des jeunes.

Pour Meryeme Bouzid Laraki, présidente de l’association Sourire de Reda, nous pouvons tous apprendre à agir sans que le désespoir et l’isolement ne conduisent certains à un passage à l’acte irréversible qu’est le suicide. Nous sommes le maillon d’une chaîne qui doit mobiliser le maximum de personnes formées : gouvernement, associations, établissements scolaires, médecins, psychologues, parents… Tous les moyens sont bons pour unir les compétences de chacun et accompagner ceux et celles qui ont besoin d’aide.

Quelques éléments d'action permettraient donc d'aider ces enfants à ne pas sombrer avant de commettre l'irréparable, notamment grâce à l'écoute et la communication, et c'est ce que préconise cette campagne de sensibilisation.